La victoire du Milan AC:

Le coach de Milan Fabio Capello n'a pas raté une seule des décisions prises lors du match du siècle, cette finale de Coupe de Champions. Il démarre avec Boban sur la droite et Donadoni sur la gauche. La première occasion est pour les espagnols, un tir de Stoichkov à la 7ème minute sort d'environ un mètre. Panucci marque un but annulé car le juge de touche avait déjà levé le drapeau pour signaler un hors-jeu de Massaro.

Milan lutte avec vigueur: au lieu d'attendre l'adversaire il l'agresse de suite au milieu du terrain et tente la fuite en avant, c'est bien la seule attitude qui lui laisse une chance face au Barça, qui pour l'instant tient mais ne mord pas. Au 14ème Massaro tente un tir de la limite de la surface, mais Zubizarreta fait sien le ballon avec facilité.

Barcelone ne parvient pas à se projeter en avant: le pressing milanais réussi à le piéger et à casser son rythme. Desailly bloque Baquero et Albertini enchaîne Guardiola. Romario tente une solution différente en servant Amor qui trouve le juste couloir, mais Galli dévie en corner. Même exploit de l'autre coté pour Ferrer qui prévient l'envol de Savicevic vers le but du Barça.

C'est à la 22ème minute que Savicevic allume la lumière: après un arrêt parfait, il laisse Guardiola derrière lui, s'élance vers le centre, résiste à l'assaut de Nadal, parvient devant à Zubizarreta et il le coupe pour servir Massaro qui sur le deuxième poteau ouvre le score dans les buts dégarnis. Ce but marquera la suite de la rencontre. La foules des rossoneri exulte.

Barcelone tente une réaction: Stoichkov qui s'était trop allongé le ballon cogne à la tête Rossi, le gardien des buts milanais. Rien de méchant, le jeu reprend rapidement. Cruijff tente un changement et il porte Stoichkov sur la gauche, du coté de Tassotti. Mais c'est Romario qui se rend dangereux à la 40ème minute par un tir en pleine course que Galli dévie encore une fois en corner.

Mais c'est Milan qui fabrique son chef d'œuvre: juste après la 45ème minute, Donadoni perce le long de la ligne gauche et sert en arrière Massaro, avec la défense espagnole prise en contretemps. Massaro devine un tir extraordinaire qui porte Milan sur le score de 2-0 à la mi-temps. Barcelone est déjà KO.

A la reprise du jeu, Savicevic nous offre une invention qui restera dans l'histoire du football: il se libère de Nadal et avant d'arriver à la limite de la surface, il voit le gardien espagnol légèrement avancé et calibre un lob spectaculaire que Zubizarreta pourra uniquement ramasser dans ses buts. Les tifosis sont en pleine folie, mais même les adversaires applaudissent ce geste magnifique, un geste technique de grande fantaisie qui a rappelé à tous un certain Maradona...

Sur le score de 3-0, la finale devient nerveuse, sans que cela aide l'équipe qui est menée à revenir dans le match. Savicevic ne peut plus être arrêté, seul le poteau sauve Zubizarreta à la 12ème minute. Une minute après, Desailly libéré par Albertini se retrouve seul devant Zubizarreta e l'humilie pour la quatrième fois. C'est un massacre, que les attaquants du Milan AC éviteront d'alourdir ultérieurement. La bataille est gagnée, 4-0 contre le Barcelone FC, c'est un chef d'ouvre de Capello, c'est le match du siècle et l'Italie est en fête.

» Visit Our Friends
Supporter de l'ETG FC depuis l'Allier
Vous recherchez des e liquidesqualité